Aquariophilie d'eau douce

Un tetraodon amazonien

Informations et conseils pour la maintenance du Colomesus asellus en aquarium

Le colomesus asellus appartient à la famille des tetraodontidés comme le Tetraodon Nigroviridis ou nain qui sont eux des espèces beaucoup plus connues et répandues en aquariophilie. Il vit sur le littoral de l'océan Atlantique façade Ouest, depuis le golf Pario jusqu'à l'embouchure de l'Amazone au Brésil. Son nom scientifique est le chellichthys asellus, on l'appelle communément poisson ballon, amazone puffer ou asell puffer.

En aquarium il aura une taille inférieure à ses congénères sauvages, en effet il ne fait que 8 à 10 cm alors qu'en milieu naturel il atteint une quinzaine de centimètres. Ceci est la différence la plus nette avec son cousin le colomesus psittacus qui lui peut faire une trentaine de centimètres. C'est d'ailleurs un spécimen plutôt petit pour un tetraodon.

Un ventre blanc et un dos jaune verdâtre

Au niveau des couleurs et motifs de leur robe, ils peuvent paraître assez similaires. Leur dos est de teinte jaune verdâtre, leur ventre est bien blanc, mais les bandes noires en travers de la partie dorsale sont nettement plus larges chez le colomesus asellus, ils possèdent en partie terminale de leur colonne vertébrale une tache noire elle aussi.

Paramètres de l'eau pour ce tetraodontidé peu exigeant

En milieu naturel, il vit principalement en eau douce, mais on peut le trouver dans des eaux quelque peu saumâtres. Il n'est pas très exigeant en ce qui concerne les paramètres de l'eau qui doit être légèrement acide avec un GH compris entre 5 et 20, la température peut aller de 22 à 27°c.

Un animal de caractère qui se gonfle pour se protéger

Le colomesus asellus se protège des prédateurs en se gonflant quand il se pense menacé, son but étant évidemment de tromper son agresseur. Paisible et en règle générale peu agressif, il peut faire partie d'un bac communautaire, les poissons possédant des nageoires en forme de voile peuvent avoir à pâtir de son appétit. Certains aquariophiles rapportent que leurs scalaires, corydoras ou guppys ont souffert de sa présence, et que contrairement à ce qu'ils pensaient certains individus avaient mauvais caractère et se montraient hargneux.

Alimentation et usure des dents

Ses dents ont la particularité de pousser très vite, si on ne prend pas soin de leur offrir des aliments qui les érodent, il est parfois nécessaire, après avoir « anesthésié » ses poissons, de leur couper les dents. On peut éviter cette opération en leur donnant des escargots (comme des physes ou planorbes) afin que l'usure se fasse plus ou moins naturellement. Ce poisson a un bel appétit et est carnivore. Ses repas doivent être constitués de nourriture vivante. Les vers rouges, larves de moustiques, daphnies, aselles, gammares, ou artémias même congelés lui conviennent tout à fait. Il peut refuser les flocons.

Un poisson toxique et reproduction quasi inconnue en aquarium

Il faut savoir aussi que comme d'autres poissons globes il renferme une toxine appelée saxitoxine qui se révèle moins dangereuse que celle des spécimens marins la tetrodotoxine.

La partie médiane du bac est son lieu de vie, il faut lui procurer un volume relativement important, et la présence d'un courant fort lui est nécessaire. Ce n'est pas une espèce territoriale, le colomesus asellus a une existence migratoire. Ce qui explique certainement que peu d'aquariophiles ont pu le faire se reproduire. Le frai a lieu en rivière, en période humide, de petits œufs sont disséminés dans le fond du cours d'eau, les alevins se développent et surnagent à la manière du plancton. C'est un poisson assez rare mais très plaisant de par sa vivacité à voir évoluer dans un aquarium.