Aquariophilie d'eau douce

Un nouveau poisson disponible pour l'aquariophilie

Un habitant des eaux alcalines de l'archipel indonésien

Bien que la famille Oryzias ait été décrite depuis le début du XXème siècle, l'Oryzias Woworae est une espèce de poisson décrite depuis 2010 et disponible dans nos magasins d'aquariophilie depuis 2011 simplement. Depuis, quelques années il suscite beaucoup d'intérêts parmi les passionnés et on le rencontre de plus en plus dans nos aquariums d'eau douce. Ce succès aquariophile s'explique par la morphologie originale de ce petit Oryzias et ses couleurs vives et attrayentes. De plus sa reproduction est simple et compte parmi les espèces d'ovipares les plus prolifiques ! De ce côté il n'a rien à envier aux vivipares comme le Guppy ou le Platy.

L'Oryzias Woworae est un animal aquatique indonésien. Il peuple les étendus d'eau et les rivières alcalines de l'île de Muna. Son habitât naturel est souvent constitué d'eau calme, où le courant est quasi absent et les fonds très encombrés par des branchages et autres végétaux morts à la température assez élevée.

Maintenance de cet Adrianichthyidés en aquarium

Cet Oryzias est à ranger dans la catégorie des petits poissons d'aquarium. Sa taille ne dépasse jamais les 4 centimètres pour les femelles qui sont légèrement plus grandes. On peut envisager de l'élever dans un bac de 54 litres minimum en compagnie d'une petite dizaine de ses congénères car il est grégaire. On prendra soin à ce que le filtre ne provoque pas trop de courant et à ce qu'il soit maintenu à une température relativement chaude de 26/27 degrés.

Du point de vue des paramètres, une eau au PH neutre lui convient bien. Il préfère qu'elle soit assez dure et on conseille généralement de viser un GH idéal de 10. Il faut un aquarium bien planté et ne pas hésiter à disséminer plusieurs racines qui lui rappelleront son habitât naturel en Indonésie.

Il n'est pas considéré comme compliqué à nourrir. Il mange un peu de tout mais l'alimentation à privilégier est avant toute chose les larves de moustiques qu'il dévore en abondance. Il accepte également la nourriture du commerce qu'elle soit sous la forme de flocons ou de granulés.

Au niveau des partenaires, l'Oryzias Woworae ne pose aucun problème de cohabitation. C'est un poisson pacifique et le Gobie Jaune sera par exemple un compagnon parfait car il partage exactement le même biotope. On notera cependant en intraspécifique quelques combats entre mâles pour s'attirer les faveurs de la femelle. Ces affrontement sont sans incidence et provoqueront au pire quelques nageoires déchirées mais n'iront jamais jusqu'à la mort du dominé. Ils ont souvent lieu au petit matin, période à laquelle ces poissons sont le plus stimulés sexuellement.

Reproduction et dimorphisme sexuel de l'espèce

L'Oryzias Woworae est une espèce de poisson ovipare très prolifique en aquarium. Les parades amoureuses entre les différents couples peuvent être un véritable ballet au petit matin. En effet, la mise en route de l'éclairage est souvent le stimulus sexuel que les mâles attendaient pour parader auprès de leur femelle mais aussi pour se mesurer à d'autres prétendants dans des bagarres sans gravité. C'est une véritable petite agitation matinale dans le bac !

Il est assez simple de faire la différence entre mâles et femelles Oryzias Wowora car ces dernières ont un ventre beaucoup plus rebondi et sont plus grands que les individus masculins de quelques centimètres. Par contre, ces messieurs sont nettement plus colorés avec des tonalités beaucoup plus vives et intenses. De même, ses nageoires sont plus développés et longues. Elles lui servent d'ailleurs à charmer Madame en les agitant frénétiquement.

Concernant la ponte, les œufs sont fécondés au moment de leur expulsion de l'abdomen de leur mère. Celle-ci les conserve avec elle, le temps de leur trouver un endroit dissimulé qui lui semble à l’abri des prédateurs. Elle ne les dispose pas tous au même endroit mais les réparti en grappe de quelques œufs un peu partout dans l'aquarium. On lui facilite la tâche si on lui offre des plantes avec un feuillage dense comme l'Hemianthus micranthemoides ou de la Didiplis Diandra ou encore de la Ceratophyllum demersum, parfaite en plante flottante pour l'élevage de ce poisson.

Comme c'est souvent le cas avec les ovipares en aquariophilie, la difficulté ne se situe pas au niveau de la reproduction en elle même, car il est assez simple d'obtenir des pontes régulières. Elle se situe plus au niveau de la préservation des œufs de toute prédation et de leur mise à l'écart. Il y a également une mortalité infantile assez importante durant les premières semaines d'existence des alevins. Ces derniers devront être nourris dans l'idéal avec des nauplies d'artémia pour leur garantir une bonne santé et une croissance régulière.