Aquariophilie d'eau douce

Elle filtre l'eau de l'aquarium pour son alimentation

Un invertébré couleur cuivre et amphidrome

L'Atyopsis moluccensis est la crevette la plus représentée en aquariophilie des Atyopsis. On la surnomme parfois la crevette cuivrée pour la couleur de sa robe rappelant celle de ce métal mais c'est plus souvent sous le patronyme de crevette bambou que les aquariophiles crevettophiles la cite. Sa répartition géographique dans son environnement naturel est très large et couvre des pays qui vont du Sri Lanka, en passant par l'Inde jusqu'à la Thaïlande. Elle vit dans la nature exclusivement en eau douce pour les adultes dans des zones à fort courant dénuées de toute pollution.

La taille de cet invertébré est plutôt impressionnante en pouvant atteindre les 8 centimètres. On peut donc la classer parmi les plus grandes crevettes d'aquarium. On peut la maintenir dans un nano assez grand et évitera les volumes de 10 litres et 20 litres idéalement. Un groupe de 6 individus est une bonne base pour commencer son élevage. Il est à noter que malgré sa morphologie de mastodonte elle ne fera aucun mal aux petits poissons comme aux alevins. Sa cohabitation avec d'autres espèces quel qu'elles soient, ne posent aucun problème à condition bien entendu qu'il ne s'agisse pas d'un animal prédateur de crevettes.

Dimorphisme sexuel de l'Atyopsis Moluccensis - Cette photo illustre bien la différence de taille importante entre le mâle et la femelle crevette Bambou. - 06/08/2013

Au niveau de la qualité de l'eau, la neutralité du PH est un idéal à viser pour la maintenance de l'Atyopsis moluccensis. L'eau pourra être assez dure puisque cette crevette bambou vit très bien dans un GH compris entre 10 et 15. Il ne sera pas forcément utile de la mélanger avec de l'eau osmosée lors de ses renouvellements. Les paramètres de son eau de conduite ont de fortes probabilités de lui convenir.

Concernant son alimentation, cette crevette possède la particularité de filtrer l'eau de l'aquarium avec ses 2 membres en forme de soies. Cette filtreuse y attrape des micros végétaux ou des résidus de cellules mortes qui vont constituer une bonne partie de ses repas. Cet animal aquatique détritivore, devra recevoir une alimentation complémentaire si l'aquarium ne contient pas assez de déchets comme des feuilles mortes.

Au même titre que la crevette du Japon pour prendre un exemple, les larves de l'Atyopsis moluccensis doivent passer en eau saumâtre pour leur développement. Elle fait donc partie des espèces aquatiques amphidrome. Peu voir aucun, éleveur crevettophile n'a réussit pour sa reproduction à maintenir vivants ces bébés crevettes en stade larvaire au bout de quelques jours en captivités. Alors qu'il est cependant fréquent en aquariophilie d'avoir des femelles Bambou grainées dans son bac.