Aquariophilie d'eau douce

Souvent indésirable en aquarium, cet animal a pourtant son rôle à jouer dans l'équilibre du bac

Présentation de cet escargot aquatique

Souvent classée parmi les indésirables de l'aquarium, la Physe ou Physa marmorata de son nom scientifique peuple la quasi totalité de nos bacs. Cet escargot d'eau douce est souvent le premier habitant à arriver, en concurrence avec le planorbe dans ce domaine. La plupart du temps, lorsqu'on achète des plantes pour son aquarium, elles ne sont pas suffisamment rincées pour éliminer les ufs présents sur ses feuilles. On voit donc apparaître comme par magie les premières physes étant donné leur croissance incroyablement rapide puisque quelques jours suffisent à ce qu'elles atteignent leur taille adulte. Leur élimination totale est impossible car à partir du moment où l'on repère 1 individu, il y en a forcément d'autres et très probablement des ufs sont disséminés un peu partout au sein du bac, dans le gravier, sur les vitres, sur le dos des feuilles. De plus, cet escargot aquatique possédant des poumons pour respirer, peut se reproduire par parthénogenèse, c'est à dire que les gamètes non nuls besoin d'être fécondés permettant ainsi à 1 seul sujet d'avoir une descendance. C'est assez peu courant dans le règne animal.

Reproduction de la Physe - Cette scène de la vidéo est très courante dans un aquarium

Il n'est pas nécessaire de chercher à éradiquer les physes étant donné qu'il n'y a pas de solution miracle à part mettre de puissants produits chimiques proposés par le commerce aquariophile qui feront au final autant de mal aux poissons et on sera bien loin d'un aquarium naturel. Il faut accepter leur présence qui de plus, n'est pas forcément inutile pour l'aquarium :

  • Les Physes mangent les algues et les déchets organiques comme les végétaux morts, les cadavres par exemple. Elles ont donc un rôle d'éboueur de l'aquarium.
  • Elles sont un bon indicateur en cas de présence de diverses polluants. En effet, en cas de contamination trop importante de nitrates (no3) ou de phosphates (po4) par exemple, les escargots vont grimper jusqu'à la surface en cherchant à fuir cet environnement pollué. Rien ne remplace des bons tests en goutte pour les mesurer en effet, mais c'est un premier signal alarmant qui s'avère être un formidable allié en aquariophilie.
  • Les physes peuvent servir d'alimentation à plusieurs espèces élevées couramment comme l'Anentome helena, le Botia ou bien encore le Tétraodon nain. C'est un excellent apport nutritionnel qui permet de conserver ces espèces en bonne santé.
  • Leur nombre est proportionnelle à la quantité de nourriture présente dans l'aquarium. Ainsi dans un bac mal entretenu il n'y aura rien d'étonnant à ce qu'elles pullulent. Il ne faut pas hésiter à siphonner le sable avec une cloche à vase ou tout autres appareils. C'est donc également un bon indicateur pour savoir si son aquarium est entretenu correctement.

Pour conclure avec cette espèce d'escargot aquatique et pour sa défense, une idée reçue courante en aquariophilie veut que la physe s'attaque aux plantes. C'est entièrement faux, comme tous les détritivores, elles ne mangent que les végétaux morts. Donc en aucun cas, elle ne sera responsable de petits trous sur les feuilles de plantes en bonne santé.