Aquariophilie d'eau douce

Une mousse différente des autres à l'aspect original

Plutôt difficile en culture immergée

Vous ne la connaissez peut-être pas sous son nom scientifique de Riccardia chamedryfolia mais vous avez certainement entendu parler d'elle sous son nom commun de Mini Pellia. Cette mousse originaire d'Asie, est encore faiblement présente dans nos aquariums d'eau douce alors que pourtant elle ne manque pas d'originalité. Ses feuilles crénelées, semblables à celle d'un chêne sont tout à fait originales et confère presque une apparence d'algue à cette mousse hépatique. On lui donne également l’appellation de Riccardia à feuilles de chêne. Mais cette originalité à un prix, déjà elle est relativement compliquée à faire pousser en aquarium totalement immergée et de plus, elle est quasi introuvable dans les animaleries de quartier. Il faut alors plutôt commander sur des bons sites de VPC où on aura peut-être la chance de la trouver en vente si les stocks ne sont pas épuisés.

Conditions idéales pour sa maintenance

Au niveau de la culture Riccardia chamedryfolia, ses conditions idéales sont une eau douce, au GH très bas de préférences. Il ne pas hésiter à employer de l'eau de source, osmosée ou de pluie pour le diminuer. On déconseillera cependant l'usage de cette dernière à cause de la présence probable de polluant. Quant au PH, il a une importance secondaire pour sa bonne santé. La mini Pellia aura une petite préférence pour l'eau légèrement acide voir totalement acide mais la culture en eau alcaline de cette mousse est possible. Il faut cependant éviter de la maintenir dans une température supérieure à 25 °c et sous un éclairage puissant. Dans les 2 cas, l'aspect de cette mini Pellia variera en donnant l'impression de perdre en rigidité au niveau de son feuillage et cela peut conduire à jaunissement complet de ses feuilles voir à la mort de la plante dans les conditions les plus extrêmes.

Quelques conseils supplémentaires

Un petit conseil culture, si on reçoit une touffe relativement petite de cette Riccardia chamedryfolia et qu'on craint une reprise difficile dans l'aquarium. On peut la laisser se fortifier à l'air libre mais humide car il constitue son environnement privilégié pour sa pousse. Une fois le plant suffisamment costaud il suffira de la replacer dans son bac totalement immergée. Passé un petit temps d'adaptation, elle repartira de plus belle et sûrement bien plus vigoureusement que si elle était restée totalement immergée. Malgré toutes ces précautions, elle n'offre jamais une croissance rapide. C'est peut-être la mousse la plus lente à croître disponible pour l'aquariophilie. Le défaut majeur de cette mousse est donc qu'elle est particulièrement vulnérable par rapport aux algues. Il faut limiter au maximum leur présence en utilisant peut-être la méthode Redfield pour les limiter tout en utilisant le bon dosage des engrais. Et ça bien entendu, en plus des bonnes pratiques habituelles pour aquarium (siphonnage du sable, renouvellement fréquent de l'eau, durée judicieuse de l'éclairage etc...). Car sans cela, la perte des feuilles car elles auront été étouffées par les algues ne sera jamais compensée par sa production du fait de sa pousse relativement lente.

Astuce avec le filtre - Courte vidéo d'un aquariophile qui a astucieusement placé sa Riccardia chamedryfolia dans la cascade de son filtre pour lui mettre certainement de se fortifier.

Un physique atypique pour son bac à crevette

Malgré ce défaut, la Riccardia chamedryfolia possède un physique atypique en comparaison aux autres mousses ce qui lui offre des qualités ornementales indéniables. On peut la fixer à un grillage pour en faire un mur végétal ou un tapis original. De plus, il paraîtrait que toutes les crevettes adorent cette mousse ! Elles y passeraient tous leur temps au détriment des autres. De même, elle offre un excellent refuge protecteur aux alevins.