Aquariophilie d'eau douce

La variation de la toxicité de l'ammoniaque et des nitrites en fonction du pH

Bonsoir !
Je rassure tout de suite : dans mes bacs les nitrites sont à 0mg/l. Donc, il ne s'agit pas d'un problème que je rencontre.

Sur divers articles que j'ai pu lire concernant la chimie de l'eau (cycle de l'azote) il est précisé que le ph à une influence sur la toxicité des NH3 et NO2.

Pour la transformation de l'ammoniac (NH3) en ammonium (NH4) lorsque le ph est inférieur à 7 j'ai compris les explications. Pour ceux que le sujet de la toxicité de l'ammoniac intéresse, voir le tableau ci-dessous

 variation de la toxicité de l'ammoniaque et des nitrites en fonction du pH

Par contre, j'ai aussi lu que les nitrites sont moins toxiques en eau basique (ph 8) qu'en eau neutre et acide (ph 7 et moins). Mais là, je n'ai pas trouvé d'explication sur ce phénomène.
Est-ce que l'un(e) de vous saurait m'expliquer pourquoi ?

Merci de prendre en compte le fait que je ne suis pas chimiste. Donc les formules ne m'aideront pas à comprendre si vous ne mettez pas des mots dessus. Merci. :)

EDIT du 21/12/2015 : voir le récapitulatif des échanges ci-dessous en page 2.

Re: La variation de la toxicité de l'ammoniaque et des nitrites en fonction du pH

La constante d'acidité (pKa) de l'ammoniac/ammonium est de 9,23, et c'est après pH=pKa que la forme basique (NH3), toxique, qui devient dominante. Mais comme c'est une base faible il y en a toujours un peu, à pH neutre (7) et pratiquement pas à pH acide.

L'une des implications est qu'en cas de grosse pollution, les plantes et les animaux peuvent mourir subitement (intoxication) dans une eau alcaline en raison d'un excès de NH3 alors qu'en eau acide les plantes auront à l'inverse une croissance fulgurante après une grosse pollution en raison de la présence de NH4+. Les animaux eux ne ressentiront pas grand chose.

C'est aussi pour ça qu'il est plus important d'avoir une filtration biologique dans un bac type malawi: non seulement peu de plantes peuvent y pousser (et y pousseront lentement), mais en plus au moindre pépin tout peut partir en cacahuette. En eau acide les NH4+ sont directement absorbés par les plantes, plus efficacesement et avec moins de déchets que par le filtre.

Par contre je ne connais pas la toxicité des nitrites selon le pH. Tout ce que je sais c'est qu'à pH très bas (typiquement dans les sucs gastriques), les nitrites peuvent former des nitrosamines toxiques, mais nos aquariums n'atteignent jamais des valeurs de pH aussi basses. Leur toxicité en aquarium est surtout liée à leur capacité à se lier à l'hémoglobine à la place de l'oxygène (un peu comme le monoxyde de carbone lors d'un incendie).

Re: La variation de la toxicité de l'ammoniaque et des nitrites en fonction du pH

Merci stalker pour l'explication du role des NO2 sur l'hemoglobine, ça explique le fait que les poissons pipent en surfacent en présence de NO2, j'avais jamais compris !

Re: La variation de la toxicité de l'ammoniaque et des nitrites en fonction du pH

Je confirme à 100% les propos de Stalker. Je vous ajoute juste une petite courbe explicative pour la réactions acido-basiques du couple ammonium/ammoniac, montrant notamment le point de croisement à 9,23. On constate aussi qu'à pH 8, la présence d'ammoniac n'est déjà plus totalement insignifiante (~10%) et peu représenter un risque.

Re: La variation de la toxicité de l'ammoniaque et des nitrites en fonction du pH

Bonsoir !

@ Stalker : Un grand merci à toi :)
Ton explication me confirme que j'avais bien compris le principe pour la transformation NH3 (ammoniac) en NH4+ (ammonium ou ammoniac ionisé) avec l'abaissement du ph de l'eau. Lorsque le ph est élevé l'ammoniac est présent sous sa forme "primaire". Lorsque le ph est acide, un ion H+ vient s'ajouter à l'atome d'azote(N). Il me semble avoir compris que c'est l'acidité de l'eau qui offre à l'atome d'azote un ion d'hydrogène supplémentaire ; ce qui n'est pas possible dans une eau basique.

Je crois me souvenir aussi que la température de l'eau a une influence. Une température élevée de l'eau viendrait empêcher cette fixation de l'ion hydrogène supplémentaire sur l'atome d'azote. Peut-être en lien avec le fait que l'élévation de la température augmente le ph de l'eau par un phénomène de concentration : il y a augmentation du gh (dureté de l'eau) et donc du ph surtout si le kh (pouvoir tampon) est faible.
Cela permet de comprendre pourquoi on peut avoir des variations du ph de l'eau du bac, si le kh est faible, lors de fortes chaleurs (cela m'est arrivé cet été et je ne comprenais pas pourquoi).

Par ailleurs, je me souviens aussi avoir lu que la transformation de l'ammonium (NH4+ eau acide) en nitrates (NO3) peut aussi influencer le ph avec un kh faible. Donc, dans une eau dont le kh est bas (inférieur à 4), une forte teneur en nitrates (eau polluée par des déchets, filtre trop encrassé) peut faire chuter dangereusement le ph. On parle d'acidose. C'est pourquoi, lorsque le kh est faible, il faut être vigilent à ne pas dépasser 20 à 30 ppm de nitrates. Tout cela est intéressant à connaître pour éviter de perdre la population de son bac par manque de vigilance sur l'entretien de l'aquarium en eau douce et acide (gh, ph et kh bas). De ce fait, avec mon ph 6,8, gh 4 et kh 4, je veille à ce que mon taux de nitrates ne s'élève pas trop( maxi 10 ppm) en siphonnant les déchets chaque semaine, en nettoyant le filtre régulièrement et en maintenant principalement des plantes à croissance rapide... quitte à rajouter des nitrates (pour les plantes) si le taux est de 0 ppm.

L'avantage de l'aquarium sans filtre : les plantes consomment directement l'ammonium qui ne se transforme donc pas (ou peu) en nitrites puis nitrates.

@ TheEdge : merci pour le graphique. C'est effectivement beaucoup plus parlant que les tableaux que j'avais vu jusque là. :)

Re: La variation de la toxicité de l'ammoniaque et des nitrites en fonction du pH

Finalement, je préfère séparer mon post précédent en 2 pour plus de lisibilité.

Pour la toxicité des nitrites qui est plus importante avec un ph acide (et moins toxique en eau basique), voilà ce que j'ai trouvé sur AquaWiki :
"Il est bon de savoir que les nitrites sont beaucoup moins toxiques:
• en milieu alcalin (eau calcaire) : lien avec le chlorure de calcium ?
• en présence d'ions chlorures dans l'eau (cl-).
En de cas pollution accidentelle par les nitrites, l'ajout de 1 gramme de gros sel par litre d'eau peut limiter les dégâts et permettre de remettre en route un cycle de l'azote momentanément perturbé
. Il s'agit toutefois d'une solution d'urgence qui ne doit pas perdurer et qui n'a aucune autre vertu thérapeutique que celle décrite ici".

Cela signifie-t-il que le traitement au gros sel en bac hôpital permettrait aussi d'éviter le risque d'un pic de nitrites ?

Là, je crois qu'il me manque des connaissances en eau de mer pour tout comprendre sur l'influence du sel mais aussi en aquariophilie d'eau douce pour saisir l'incidence du calcaire sur les NO2.
Comme dit plus haut : je ne suis pas chimiste donc j'ai un peu de mal à tout comprendre.

Si quelqu'un peut me fournir de plus amples informations sur la toxicité des nitrites en fonction du ph, je suis preneuse. :)
Merci.

Cette question sur la toxicité des nitrites me turlupine car je réfléchis sur la possibilité de réaliser un bac africain où les paramètres de l'eau et le biotope (peu de plantes et pas à croissance rapide + ph basique) sont quand même très particuliers.

J'ai déjà eu a gérer un pic de nitrites en eau légèrement acide suite à une méconnaissance de la chimie de l'eau et des supports bactériens du filtre. Je ne voudrais pas faire de bourde sur un biotope si différent :(

Je cite Stalker : C'est aussi pour ça qu'il est plus important d'avoir une (super) filtration biologique dans un bac type malawi: non seulement peu de plantes peuvent y pousser (et y pousseront lentement), mais en plus au moindre pépin tout peut partir en cacahuette.
C'est bien ce qui m'inquiète...

Re: La variation de la toxicité de l'ammoniaque et des nitrites en fonction du pH

Je viens de me renseigner au sujet des nitrites.

Il semblerait en effet que les ions chlorure Cl- soient capables de baisser la toxicité des nitrites. Ils sont donc à rajouter en cas d'urgence sous forme de sel de table (Na+Cl-) ou de chlorure de calcium (Ca2+ 2Cl-), ce dernier serait plus efficace car en plus les Ca2+ diminuerait la perméabilité des branchies.

Maintenant j'ai de moins en moins l'impression que ce soit directement lié à l'acidité de l'eau. C'est plutôt lié à sa dureté (ou plutot sa salinité totale), car dans une eau dure, tu as déjà un peu de sel. Inversement dans une eau basique mais douce (type Sulawesi) la toxicité des nitrites serait la même qu'en eau douce et acide.

C'est bien ce qui m'inquiète...

Il n'y a pas lieu à s'inquiéter. Ma remarque était surtout là pour dissuader un peu de faire du Malawi en low-tech (certains le font cela dit). Mais la méthode classique de filtration biologique + changements d'eau est bien rodée et sans être un spécialiste des biotops africains, je pense que ce n'est pas spécialement plus compliqué qu'un autre aquarium.

Re: La variation de la toxicité de l'ammoniaque et des nitrites en fonction du pH

@ Stalker : merci pour toutes tes précisions. Donc ce sont les ions chlorure qui baisse la toxicité des nitrites. Ceci dit, plutôt que jouer l'apprenti(e) chimiste, il vaut mieux changer un bon volume d'eau en cas de nitrites supérieurs à 0 mg/l.
Je comprends mieux aussi le pouvoir protecteur du chlorure de sel (NACl) sur les poissons en cas de blessure ou maladie (bac hôpital). Par contre, je ne savais pas que le Ca2+ (carbonate de calcium) protège mieux les branchies.
J'ai trouvé cet échange très intéressant et je te remercie beaucoup. :)

Maintenant tu as éveillé ma curiosité sur un autre point : certains aquariophiles arrivent à faire du Malawi en low-tech... Je pensais que c'était incompatible. Je vais donc aller regarder ça de plus près : sur le PiNC je suppose ?
C'est vraiment par curiosité car je n'ai pas assez d'expérience en aquariophilie pour tenter cela. Si je fais un bac africain, ce sera méthode traditionnelle. ;)

Re: La variation de la toxicité de l'ammoniaque et des nitrites en fonction du pH

J'avoue que le Malawi ou Tanganika en Low Tech, ca m'intrigue aussi un peu. Sauf à très fortement sous peuplé l'aquarium, je ne vois pas comment tu assures suffisamment de dénitrification pour que l'aquarium soit viable.

Re: La variation de la toxicité de l'ammoniaque et des nitrites en fonction du pH

L'idée est d'avoir beaucoup de plantes "en trempette" qui peuvent prendre le CO2 dans l'air (il est très peu disponible dans l'eau alcaline) et donc pousser malgré les restrictions dues à la chimie de l'eau. Il n'y a pas encore eu d'accidents, mais il n'y a à mon goût pas assez de recul pour valider la méthode. L'un des problèmes est aussi la chute de la dureté de l'eau, les minéraux étant consommé par les dites plantes, il faut donc reminéraliser l'eau régulièrement.

Bref, je ne le conseille pas aux béotiens du low-tech, mais s'il y a des expérimentateurs fous qui n'ont pas peur de se mouiller ça peut être intéressant.

Re: La variation de la toxicité de l'ammoniaque et des nitrites en fonction du pH

Je remonte ce poste très intéressant pour soulever une remarque :

on dit souvent qu'il faut laisser déchlorer l'eau . Ce chlore est pas sous forme ionique pure Cl- mais plutot sous forme d'hypochlorite OCl- de sodium.

Mais cependant la décomposition du chlore dans l'eau se fait majoritairement au travers de ces 2 réactions:

3NaClO → NaClO3 + 2 NaCl.
2 NaClO → 2 NaCl + O2.

Ainsi en laissant reposer l'eau on libère à faible dose du sel !

Du coupe deux phénomène se font compétition au cours du changement d'eau:

- l'eau de conduite contient déjà un faible taux d'ammoniac mais également du chlore libérant du sel NaCl , (réaction catalysé par les métaux semble il)
-L'eau osmosée ne contient pas d'ammoniac mais pas de chlore non plus.

Peut être serait il plus intéressant de changer son eau en 50 /50 conduite osmosée ? plutot qu'un changement 100 % osmosée ou 100 % eau de conduite ?

Autre phénomène compétitif , en faveur du changement d'eau à 100 % osmosée : baisser la dureté favorise la diminution du ph en diminuant le pouvoir tampon . Selon l'équilibre acido basique NH3/NH4+, la diminution du pH favorise la diminution du taux d'ammoniac au profit de l'ammonium (cool pour les plantes )

Réflexions du soir , bonsoir ;)

Re: La variation de la toxicité de l'ammoniaque et des nitrites en fonction du pH

Bonsoir X2269
Oui, c'est une très bonne remarque que tu fais là. Je n'avais pas capté qu'en laissant reposer l'eau on libère du sel à faible dose. Pourtant, quand tu le dis, c'est logique :D Comme quoi, c'est utile d'avoir des chimistes sur le forum :)

Pour ce qui est du choix entre 50% eau de conduite et 50% eau osmosée ou 100% eau de conduite, cela dépend du ph de l'eau de conduite, du biotope maintenu et du fait que les plantes aient (ou non) besoin d'être boostées à l'ammonium. Par contre, pour le 100% d'eau osmosée, il faut rajouter du sel de preis. Donc je ne sais pas si on y gagne ? Sauf peut-être dans les bacs à discus, par exemple, ou cette pratique est courante.
Tu peux éventuellement m'éclairer sur l'avantage de l'eau osmosée + sel de preis ?
Merci et bonne soirée :)

Re: La variation de la toxicité de l'ammoniaque et des nitrites en fonction du pH

Pour les sels, ça dépend surtout des besoins de tes poissons, et pour de nombreux poissons de rivière amazoniennes ou africaines, il est mieux de ne même pas rajouter de sels et de ne fonctionner qu'avec de l'eau osmosée.

Re: La variation de la toxicité de l'ammoniaque et des nitrites en fonction du pH

Un discussion comme je les aime.

Re: La variation de la toxicité de l'ammoniaque et des nitrites en fonction du pH

Hello Bison !
Je me disais bien aussi que tu allais passer par ce post : vu le titre, tu n'as pas pu résister, je parie :D
Un avis sur l'avantage d'utiliser de l'eau osmosée + sel de preis en lien avec la variation du ph, l'ammoniac/ammonium et les nitrites ?
Merci. :)

Re: La variation de la toxicité de l'ammoniaque et des nitrites en fonction du pH

"on dit souvent qu'il faut laisser déchlorer l'eau . Ce chlore est pas sous forme ionique pure Cl- mais plutot sous forme d'hypochlorite OCl- de sodium."

Il me semble que dans le procédé de désinfection par chloration de l'eau potable, l'hypochlorite de sodium (ou eau de javel!) est en phase gazeuse dans l'eau. Ceci a d'ailleurs un réel intérêt pour l'aquariophilie. En phase gazeuse, l'eau va dégazer le chlore en 24 à 48h (l'utilisation d'un bulleur accélère le processus, comme pour le CO2!). S'il était dissout, on pourrait toujours attendre, il ne s'évacuerait jamais! Donc même s'il y a un peu de chlore les concentrations en sel qui en découle sont vraiment extrêmement faibles, et pour notre hobby, totalement négligeable.

Re: La variation de la toxicité de l'ammoniaque et des nitrites en fonction du pH

En faite, je me suis jamais pencher sur ce mécanisme. J'ai travaillé pas mal dans les épurateurs d'eau de type bouilleur (vieux vieux) ou les osmoseurs. La minéralisation et la désinfection se faisaient post traitement.

Les traitements suivaient des courbes de températures et des durées (abaque). Le terme "dégazage" était utilisé et j'ai pas cherché plus loin. Les proportions de chlore sont trop infime pour un impacte conséquent sur la minéralisation (soduim Nacl) mais suffisant pour la désinfection.

Re: La variation de la toxicité de l'ammoniaque et des nitrites en fonction du pH

Parler d'une espèce gazeuse dans l'eau n'a aucun sens. Si un gaz est dissout, il est en solution. Pour la chloration de l'eau, c'est généralement de l'hypochlorite solide ou dilué qui est utilisé, mais ça ne change pas grand chose.

Le problème du chlore, c'est que c'est irritant pour les animaux et mortel pour les bactéries.

Re: La variation de la toxicité de l'ammoniaque et des nitrites en fonction du pH

si, il y a une grosse différence entre un gaz dissous, et un composé en phase aqueuse!

Re: La variation de la toxicité de l'ammoniaque et des nitrites en fonction du pH

Un gaz dissout n'est plus sous forme de gaz, il est sous la forme d'un composé en phase aqueuse. La différence avec un liquide ou un solide dissouts c'est qu'il y a un équilibre avec l'air qui est au dessus du liquide. Mais la distinction est caduque notamment dans cette discussion: les espèces chlorées dans l'eau sont des solides dissouts, mais ils entretiennent des équilibres avec la phase gazeuse, parce que la chimie, c'est parfois compliqué.

Re: La variation de la toxicité de l'ammoniaque et des nitrites en fonction du pH

Bonjour les pros de la chimie !

Bon, voilà les éléments que j'ai retenu de vos sympathiques échanges et qui pourraient être utiles à tous :

1/ "Les proportions de chlore sont trop infimes pour avoir un impacte conséquent sur la minéralisation (soduim Nacl) mais suffisant pour la désinfection". Donc, ce n'est pas en laissant décholorer l'eau que le ph / gh vont augmenter.

2/ "Le problème du chlore, c'est que c'est irritant pour les animaux et mortel pour les bactéries". C'est pourquoi il faut veiller à déchlorer l'eau.

3/"S'il y a un peu de chlore en phase aqueuse (eau liquide), les concentrations sont vraiment extrêmement faible, et pour notre hobby, totalement négligeable".

4/ "En phase gazeuse, l'eau va dégazer le chlore en 24 à 48h (l'utilisation d'un bulleur accélère le processus, comme pour le CO2 !)". L'utilisation du bulleur, c'est vraiment un truc à connaître pour évacuer le chlore quand on pas assez de temps pour laisser reposer l'eau.


Après quelques recherches pour les non chimistes, comme moi :

- Une solution aqueuse est une phase liquide contenant plusieurs espèces chimiques, dont une ultramajoritaire, l'eau (H2O, le solvant), et des espèces ultraminoritaires, les solutés ou « espèces chimiques dissoutes ». Exemple : l'eau minérale est une solution aqueuse dans laquelle les solutés sont les sels minéraux : calcium, potassium, magnésium, ect...

- Une technique de séparation des molécules est utilisée pour repérer les substances qui composent un mélange gazeux ou susceptibles de le devenir sans décomposition par chauffage : la chromatographie. Elle se réalise en phase gazeuse. Principe de la chromatographie en phase gazeuse : les éléments gazeux ou volatils d'un échantillon (d'eau par exemple) sont placés dans un injecteur. Ils vont ensuite être emportés (phase mobile) par un gaz porteur qui va les amener dans la phase stationnaire (papier, gélatine, silice, polymère, etc..) pour qu'ils y soient séparés. Il s'agit bien souvent d'un liquide ou d'un solide. Chaque espèce présente migre à une vitesse qui dépend de ses caractéristiques et de celles des deux phases en présence. Plus un élément a d'affinité avec la phase stationnaire, plus il prendra de temps pour sortir de la colonne de chromatographie. Les éléments peuvent être identifiés mais aussi quantifiés.

Le bulleur agirait donc ainsi (phénomène du gaz porteur) pour permettre au chlore de s'évacuer de l'eau. En l'absence de bulleur, c'est le simple échange air - eau (avec son phénomène d'évaporation) qui favorise l'évacuation du chlore ; ce qui prend plus de temps.

A noter : faire bouillir l'eau et récupérer la vapeur permet d'obtenir une eau moins minéralisée. Celle qui reste au fond de la casserole, par contre, est très minéralisée.

J'ai tout bien compris ou je suis à côté de la plaque messieurs ? Parce que là, ça devient un peu ardu pour moi "parce que la chimie, c'est parfois compliqué" :-S

Re: La variation de la toxicité de l'ammoniaque et des nitrites en fonction du pH

Ne confondons pas chlore dans le sens élément (Cl2 gaz absolument toxique), chlore dans le jargon plombien/piscine, c'est à dire les hypochlorites/hypochlorates et l'ion chlorure Cl- présent dans le sel de table et dans énormement de sels et de minéraux en général.

Pour la persistance du "chlore" dans l'eau du robinet, généralement la laisser reposer suffit, mais si j'ai bien compris, pas dans le cas de certaines eaux très dure ou légèrement saumatres, comme l'eau du robinet à Londres ou en Floride (ce sont des exemples), mais c'est à confirmer. Le Cl- quand à lui, à part distiller ton eau tu ne peux pas faire grand chose pour l'enlever (mais à quoi bon?^^)

Re: La variation de la toxicité de l'ammoniaque et des nitrites en fonction du pH

"mais si j'ai bien compris, pas dans le cas de certaines eaux très dure ou légèrement saumâtres"

Oui, le chlore perd de son efficacité dans ce type d'eau, donc les concentrations mises lors de l'assainissement sont beaucoup plus fortes. De mémoire, il me semble que c'est plus un problème de pH supérieur à 8 que de dureté.

"faire bouillir l'eau et récupérer la vapeur permet d'obtenir une eau moins minéralisée."

Oui, c'est de l'eau distillé, donc en théorie de l'eau pure, sans aucun minéraux ou autres éléments, encore plus pure que notre eau osmosée.

Re: La variation de la toxicité de l'ammoniaque et des nitrites en fonction du pH

Je ne savais pas que l'eau du robinet était un peu saumâtre à Londres ou en Floride (jamais mis les pieds là bas) :-O Pas cool...

Retour sur ma question restée sans réponse (9 messages plus haut) : Un avis sur l'avantage d'utiliser de l'eau osmosée + sel de preis en lien avec la variation du ph, l'ammoniac/ammonium et les nitrites ?

Est-ce à cause de la persistance du "chlore" dans l'eau du robinet lorsqu'elle très dure (donc les concentrations mises lors de l'assainissement sont beaucoup plus fortes) qu'il est préférable d'utiliser de l'eau osmosée + sel de preis plutôt que l'eau du robinet ? Cela permettrait d'éviter la persistante du "chlore" et aussi la toxicité de l'ammoniac (à ph 8) dans des biotopes très peu plantés ?

Re: La variation de la toxicité de l'ammoniaque et des nitrites en fonction du pH

L'avantage d'utiliser des sels preis c'est de pouvoir controler très précisément la composition de son eau, mais je ne vois vraiment pas son utilité au delà de ça.

Je suis à Paris, j'ai une eau très dure et ça ne me pose aucun problème tant que les animaux la supportent. Et normalement le pH ne dépasse que très rarement 7, sauf cas rares de certains lacs de montagne (Grands lacs africains, Sulawesi, Baïkal, Patzcuaro...), à moins de vouloir recréer à la perfection (parce que beaucoup de poissons de ces lacs peuvent vivre à pH 7) ces biotops très particuliers, la toxicité de d'ammoniac ne devrait pas poser de problèmes.

Les sels preis, c'est surtout si tu veux maintenir des crevettes type TWB sur sol technique, ou des Discus, mais que tu ne veux pas fatiguer le sol, alors tu bidouille ton eau pour qu'elle soit parfaite.

Re: La variation de la toxicité de l'ammoniaque et des nitrites en fonction du pH

Trop pointu pour moi... je reste sur ma partie électrotechnique :P

Re: La variation de la toxicité de l'ammoniaque et des nitrites en fonction du pH

Comme le dis stalker , la chimie c'est plutot compliqué ;) En plus dans les équilibres dont on parle , intervient la chimie pure et entre les différentes lois de thermos et cinétique , la loi de Henri qui stipule qu'un gaz exercant une certaine pression va être dissous proportionnellement dans ce dernier (facteur de dissolution dans les tables).

En très très gros : Les espèce ioniques , types sels et autre ne peuvent pas être gazeux et on ne les retrouvent pas dans l'air (heureusement (!))

Les espèce de type ioniques comportent très souvent des alcalins ou des halogénés jamais tout seul . (pour les reconnaître) (NaCl, NaBr, KI , Kbr, Na2SO4...)

Un solide ou un gaz est généralement jamais chargé.

(il y a beaucoup d'exception et je parle explicitement pour nos conditions d'aquariophile)

Mais dans un milieu liquide c'est une autre histoire !! Les espèce ioniques vont pouvoir se dissocier et interagir entre elles.

Dans nos eaux , de nombreuses espèces sont sous formes ionique et en particulier , la majorité de minéraux .

Souvent il faut se dire que tout le monde intéragi avec tout le monde , c'est ce qui rend la chose compliqué.

Voilà pour le contexte.

Dans le cas du chlore. Il faut faire attention, le chlore designe communément alors qu'ils n'ont rien a voir entre eux le dichlore qui est un gaz de combat assez connu et l'anion chlore qui lui est un ions en solution (jamais dans l'air de ce que j'ai dis)

En réalité on parle d'état d'oxydation. Le Cl2 est un gaz d'état d'oxydation 0 et l'anion est d'état d'oxydation -2. Ca traduit un potentiel chimique, une "possibilité de réactivité".

Le chlore que nous rencontrons est soit sous forme Cl- souvent coordinné à un alcalin type Sodium , ou potassium et n'est pas trop dangereux . SOit sous forme d'hypochlorite type ClO-ce qui n'a absolument rien a voir en terme de toxicité.

Les réaction de décomposition du ClO- dans l'eau sont les suivantes :

2 NaClO → 2 NaCl + O2.
3 NaClO → 2 NaCl + NaClO3.


Ces réactions ne sont pas du tout exhaustive et la réactivité de l'hypochlorite est énorme , c'est un bon oxydant de par sa nature attaque les muqueuse.

Il est utilisé dans l'eau comme désinfectant car il détruit les bactérie de par sa capacité oxydante (là je suis pas biochimiste , je sais pas trop ce qui se passe ;) )

Et d'une certaine manière ,cela permet de stocker et acheminer l'eau en assurant un taux bactérien faible et potable POUR NOUS.



En conclusion ,et après reflexion , la quantité d'hypochlorite de sodium dissous en récéption de nos canalisation est relativement faible et ne devrait pas interféré en terme de pH et de gH. Un changement d'eau 100 % osmosée devrait donc être plus efficace en cas de nitrates trop important.

En revanche, au vue de la réactivité de ce sel , il vaut mieux attendre pour éviter une irritation sur le long terme de nos poissons.

Re: La variation de la toxicité de l'ammoniaque et des nitrites en fonction du pH

@ Stalker : ok, merci . Je retiens : "Les sels preis, c'est surtout si tu veux maintenir des crevettes type TWB sur sol technique, ou des Discus"
Je pensais que les sels de preis permettaient d'avoir un ph élevé mais une eau qui reste douce (peu calcaire).

@ X2269 : merci à toi aussi pour tes dernières précisions que je n'avais pas vues avant de poster ce message la première fois. Je retiens :

- "la quantité d'hypochlorite de sodium" (NaClO utilisé pour purifier l'eau) "dissout en récéption de nos canalisation est relativement faible et ne devrait pas interféré en terme de pH et de gH"."En revanche, au vue de la réactivité de ce sel , il vaut mieux attendre" (laisser reposer l'eau 24h00 avant de la mettre dans le bac) "pour éviter une irritation sur le long terme de nos poissons".

- "Un changement d'eau 100 % osmosée devrait donc être plus efficace en cas de nitrates trop important".

@ Bison : accroches-toi. Si j'y arrive, tu peux le faire aussi :D
Bon, c'est vrai que j'ai dû passer l'après-midi avec la tête dans une bassine d'eau glacée pour faire refroidir mes neurones... mais ça va maintenant ;)) J'ai encore un peu les cheveux roussis mais, du coup, je suis moins "blonde" ;)

Merci à tous pour vos participations très instructives. J'ai énormément appris en quelques jours grâce à vous tous :-bd

Re: La variation de la toxicité de l'ammoniaque et des nitrites en fonction du pH

Un changement d'eau à 100% osmosée ça risque surtout de provoquer un violent choc osmotique... S'il y a vraiment besoin d'eau en urgence sans chlore l'eau en bouteille c'est pas mal.

L'ébulition permet aussi de chasser le chlore (encore une fois, dans le sen hypochlorite)
mais ça abaisse aussi la dureté.

Re: La variation de la toxicité de l'ammoniaque et des nitrites en fonction du pH

Merci Stalker :)
Je note : ["L'ébulition permet aussi de chasser le chlore (encore une fois, dans le sen hypochlorite) mais ça abaisse aussi la dureté".

Je souligne aussi cette info : "Un changement d'eau à 100% osmosée ça risque surtout de provoquer un violent choc osmotique...". C'est vrai pour n'importe quel gros changement d'eau si les paramètres de l'eau nouvelle sont très différents de l'eau du bac. Abaisser / augmenter les valeurs ph, gh, kh nécessite d'y aller progressivement. ;)

Re: La variation de la toxicité de l'ammoniaque et des nitrites en fonction du pH

@stalker ; je n'avais pas pensé à cette éventualité , effectivement à y réflechir la baisse rapide des paramètres de dureté n'est pas forcément recommandable ... Après ça dépend du % de volume d'eau changé ...

Retour sur la liste des sujets