Aquariophilie d'eau douce

DROIT – La mort : la vérification de la mort, l'euthanasie et la disparition du poisson.

Bonjour à vous, c'est parti pour un quatrième topic juridique sur un thème un peu plus dur : la vérification de la mort non-volontaire, la mise à mort et les conditions pour « se débarrasser » du cadavre d'un poisson en aquariophilie.

Je vous préviens d'avance, ce n'est pas joyeux, mais c'est un passage nécessaire. En effet, qui n'a jamais eu de morts de poissons dans son aquarium ? Que ce soit de vieillesse, d'une maladie ou encore après un combat avec un autre poisson ?

Commençons par la vérification de la mort : Mon poisson ne bouge plus, est-il mort ?

Il y a plusieurs étapes, je parlerais même de protocole :

1/ Ne pas paniquer, jamais, sinon, vous allez faire des conneries.

2/ Examiner le poisson, je vous conseille d'arrêter le filtre et d'attendre 10 min pour éviter tout courant. Vérifiez s'il bouge, au moins les nageoires, vérifiez ensuite ses ouïes, si elles sont immobiles, il y a un problème, le poisson ne respire pas, cela peut être difficile à voir sur les petits poissons, enfin, ne paniquez pas s'il s'agit d'un betta combattant ou des labyrinthidés en général, ces derniers respirent aussi par la bouche.

3/ Dérangez-le, tapotez légèrement sur le bocal (le poisson est mal en point, alors lui déclenche pas une crise cardiaque), créez du mouvement en surface d'eau et enfin, embêtez-le à l'épuisette. S'il-ne-réagit pas, on continue avec :

4/ On le sort de l'eau, et attrapez-le. Un poisson – sauf mort, sauf très malade – réagit instantanément à la sortie de l'eau, il va se débattre.

5/ Regardez ses couleurs, ne regardez pas à l'allumage de l'aquarium, attendez une vingtaine de minutes ( les poissons, dont le betta, ont tendance à blanchir légèrement au niveau de la tête dans l'obscurité), si le poisson est décoloré ou blanc, et ne bouge pas, il est sans doute mort. Un œil vitreux est souvent synonyme de mort.

6/ Mettez dans votre bac d'observation, une plante sous le poisson, si la plante flotte, c'est que le poisson s'est déplacé, il doit donc être vivant. Attention, aussi, certains pensionnaires – comme les crevettes – ont encore des réflexes post-mortem.

7/ Enfin, vérifiez vos paramètres d'eau, et si le poisson est « neuf », l'acclimatation s'est soit mal passé, soit il a ramené une maladie de son ancien bac. En gros, mettez tout le monde en quarantaine.

8/ pour les crevettes, c'est simple, soit elle est repliée vers ses pattes, sa queue et est couchée sur le côté. Soit elle est tendue, sa tête part vers sa queue mais dans le dos ( elle s'étire) et reste couchée sur le côté. Isolez-la dans un verre d'eau, titillez-la, vous ne la verrez pas sauter, mais certaines de ses mandibules et pattes vont la faire tourner en rond, dans un réflexe post-mortem. Elles sont mortes.

Cela m'est arrivé, avec des crevettes Crystal – rouge et blanche, une heure après achat.

----------------------

La mise à mort du poisson d'élevage – destiné le plus souvent à la consommation :

Pour le cas de l'abattage des poissons en élevage – qu'ils soient consommables ou non.

Souvent, les poissons sont étourdis avant d’être mis à mort : soit par la concussion (étourdissement percussif entraînant un traumatisme crânien), le gazage ( souvent au CO2) ou par l'étourdissement électrique ( les plus gros poissons, on est d'accord).

La mort se fait par suffocation à l'air libre, par décapitation, par coup de couteau dans le système nerveux ou dans les plus barbares des cas, par découpe du poisson sans étourdissement préalable (lever des filets, découpe de tranches, pour la consommation).

La mise à mort du poisson d'aquarium :

Dans des cas extrêmes, lorsqu'on constate que le poisson est visiblement atteint d'une maladie incurable, que le poisson souffre trop ou qu'il risque de transmettre une maladie à tous les occupants d'un aquarium ( d'où la présence d'un bac hôpital pour l'isolement), l'euthanasie peut devenir un choix – mais comment euthanasier un poisson éthiquement ?

L'euthanasie se fait dans un bas isolé avec l'eau de l'aquarium d'origine, toujours.

Certains aquariophiles décident de ne jamais euthanasier leur poisson, ils préfèrent laisser la nature faire, vous pouvez suivre ce choix ou agir, ce choix se détermine en tenant compte de la qualité de vie du poisson dans ses derniers jours. Que faire dans ce cas extrême de pourriture des nageoires, après une longue médication, par exemple ?



Je vais vous donner les méthodes éthique d'euthanasie du poisson : je réprouve le coup sur la tête, la décapitation ou la chute brutale de température. Ceux qui font ça sont des monstres.

La première – et la seule pour moi – est l'huile essentielle de Clou de Girofle – l'eugénol.

1/ Capturez le poisson et isolez-le dans un autre bac avec de l'eau de l'aquarium.

2/ Introduisez une à deux gouttes d'huile essentielle de clou de girofle (de l'eugénol, toutes les pharmacies en ont) pour l'anesthésier.

3/ À ce moment, vous avez deux choix éthiques : soit l'overdose d'eugénol, soit la mort par l'alcool.

La première est l'overdose d'eugénol, c'est la méthode vétérinaire.
Vous donnez une si forte concentration d'huile de clou de girofle que l'eugénol seul les tuera. C'est une overdose d'anesthésiant. Le poisson en mourra.

La deuxième est l'emploi d'un alcool à grain comme la vodka pour tuer son poisson après anesthésie au giroflier, prenez-le dans une épuisette, mettez-le dans un bac fermé avec 80% d'eau ( eau de robinet) et 20% d'alcool de grain. Le poisson ne se réveillera pas.

En SUISSE :

Le Conseil fédéral suisse a adopté une nouvelle ordonnance sur la protection des animaux qui mise sur «l’information, et la formation des éleveurs et des propriétaires d’animaux », en avril 2008. L'ordonnance est entré en vigueur en septembre 2008, en ce qui concerne les poissons, le poisson rouge étant le premier animal en présence dans les foyers suisse, réglemente que :

« la mise à mort des poissons d’aquarium doit se faire avec le plus de ménagement possible. Les éliminer par les toilettes ou les mettre à mort en les congelant n’est pas permis. Les poissons d’aquarium doivent être étourdis avant la mise à mort. Pour ce faire, il est possible d’utiliser des substances étourdissantes non soumises à ordonnance vétérinaire pour les poissons »

Il est désormais d'usage d'assommer le poisson avant élimination, voire de lui administrer des « substances étourdissantes non soumises à ordonnance vétérinaire » comme l'eugénol.

Voici le texte : http://www.news-service.admin.ch/NSBSubscriber/message/attachments/11870.pdf

Au ROYAUME-UNI :

Condamnation d'un Anglais après avoir ingurgité son poisson rouge vivant avec de l'alcool, lors d'un défi publié sur Facebook.

Gavin Hope, un commercial de 22 ans a été condamné à 330 livres d'amende, (380 euros à peu-près), plus les frais de justice élevant l'amende à 800 livres. Il s'était fait filmer lors du réveillon de nouvel an en train d'avaler une pinte de bière épicée de Tabasco, de tequila, d'un œuf frais et de nourriture pour poissons, avant d'engloutir dans la foulée l'animal encore frétillant.

Le juge du tribunal de Gateshead (nord-est de l'Angleterre) a condamné le jeune homme aux termes d'une législation sur la cruauté envers les animaux, et a mis en avant son comportement "stupide".

Au DANEMARK :

Condamnation d'une journaliste pour avoir publiquement empoisonné des poissons rouges avec un shampoing. La journaliste voulait dénoncer les grands industriels et leurs produits toxiques, elle a voulu faire un exemple avec une douzaine de poissons, en versant du liquide dilué dans l'aquarium.

Lisbeth Koelster, de l'émission "Kontant" de défense des consommateurs, avait démontré en novembre 2004 qu'un shampooing anti-pelliculaire, Terva, était si toxique qu'il pouvait tuer des poissons. Quatre jours après, il n'en restait qu'un.

Pour elle, et la chaîne de télévision, l'expérience était concluante. Certes, le shampoing a été retiré de la vente. Pour les aquariophiles, renverser une vingtaine de plaquettes de vers de vase dans son aquarium suffit à tuer ces poissons, pourtant il n'y a pas de produit toxique. Pour un vétérinaire à la retraite, l'étranglement devant tant de stupidité a été si fort qu'il a traîné l’émission devant les tribunaux. Le ministère public a décidé après quatre ans de réflexion d'inculper en octobre dernier la jeune femme, estimant que sa méthode brutale n'était pas nécessaire pour prouver la toxicité de ce shampooing.

Enfin, le dernier sujet : que faire de son cadavre de poisson ?

La loi vous interdit formellement de vous débarrasser du corps de votre animal dans les toilettes, ce qu'on appelle le «largage» (Article L. 226-3 du Code rural). Pas question non plus de le mettre à la poubelle, ni de le jeter dans les égouts ou de l’abandonner dans une mare ou dans une rivière (Article 98 du règlement sanitaire départemental). Vous encourez une amende de 150 € (Article R. 632-1 du Code pénal).

En pratique, les choses sont un peu plus compliquées, car vous ne pouvez être verbalisé que si l’infraction est constatée par un agent de police ou toute personne qualifiée.

Vous pouvez par contre l'enterrer, mais sous certaines règles :

Un vaste terrain dont vous avez la propriété, ni l'usufruit, ni la location.
Au moins à 35m des autres habitations et points d'eau (puits/sources/pompes) – et ce pour tout les animaux (sauf ceux de + de 40kg, vous devez passer par un équarrisseur et la commune qui l’emmèneront au crématorium). Article 98 du règlement sanitaire départemental.
Ne placez jamais le corps dans un sac plastique.
En revanche, de l’envelopper dans un linge ou de l’installer dans une boîte (en bois ou en carton). Vous pouvez également déposer la dépouille à même la terre, on vous conseille de creuser profondément pour éviter tout fouille d'un chat ou d'un chien.

Voilà, maintenant, vous connaissez les règles pour nos amis aquatiques.

Certes, il n'y a que très peu de contrôle, mais si vous les aimez, faites-le dans les règles.

AbyssiaStorm
------------------------

Et vous, vous en pensez quoi ?

Re: DROIT – La mort : la vérification de la mort, l'euthanasie et la disparition du poisson.

Si tu pouvez synthétiser un peu plus, du moins sous forme de problématique... je pense que tu rendrais le débat plus accessible à tous. "nul n'est sensé ignorer la loi" c'est la théorie, et dans la pratique, je vois pas qui peut comprendre la loi... a part les juristes ! lol

Re: DROIT – La mort : la vérification de la mort, l'euthanasie et la disparition du poisson.

C'est beau les lois, mais alors en pratique, je ne vois psa trop comment la respecter!

J'habite en pavillon en secteur urbain, donc je peux en effet enterrer un poissons dans mon jardin, le problème c'est que je n'ai qu'un petit jardin, pas un parc avec 35 mètres de distance avec tous mes voisins! Donc je ne respecte pas la loi! Quid si on habite en appartement? Poubelle!

Reste l'option de l'apporter chez le vétérinaire pour incinération... J'imagine bien la tête du vétérinaire me voyant sortir mon Guppy et lui demander le tarif pour une incinération! :-O

Cette loi peut s'appliquer au chiens et chats, mais pour les poissons, il faut être un peu pragmatique, et bien avouer que cette loi est complètement stupide!

Pour l'option jardin, je confirme, creusez profond, parce que j'avoue que le chat qui récupère le poisson, joue avec et le dépose sur le lit, c'est lourd! X(

Re: DROIT – La mort : la vérification de la mort, l'euthanasie et la disparition du poisson.

Effectivement, c'est vrai que cela est lourd, bison.
Comme l'a dit TheEdge, les lois c'est beau, mais en pratique, ce n'est pas la même.

Ce qui m'a donné l'idée de faire ces topics juridiques, c'est que la base internet est éclatée, que les textes sont tous mélangés, qu'on ne sait pas si ça s'applique en France ou pas, ou ça en est, comment ça évolue, en gros, c'est le bordel.

Aquachange, par cette chronique, je l'espère, deviendra le premier site français amateur qui offre une synthèse de toute la législation et jurisprudence en France, et ailleurs. En l’occurrence, ça a déjà commencé sur quelques points. Ce serait un beau cadeau pour ce site jeune.

Le "débat" derrière, c'est vos critiques, vos questions, vos contributions, la question posé est plutôt :

Pensez-vous que vous pourrez mettre à mort un de vos poissons en dernière nécessité ?
Respecterez-vous la loi même si cela est handicapant pour vous, ou vos poissons ?

Car c'est aussi ça l'aquariophilie, c'est des libertés mais aussi des devoirs - envers la loi, envers nos poissons, envers nous.

Je n'essaye pas de donner des leçons à la communauté, mais leur offrir un support qu'ils pourront utiliser - en donnant les textes, et en résumant derrière - ça permet qu'on puisse me corriger, mais aussi que les gens fasse leurs propres réflexions.
Je rédigerais mieux les problématiques postérieures pour ouvrir le débat, promis.

En espérant continuer à vous être utile, si des personnes se sentent gênés de ces topics, qu'il n'hésite pas à me le dire par mp, je m'en excuse d'avance.

Re: DROIT – La mort : la vérification de la mort, l'euthanasie et la disparition du poisson.

Je trouve ces articles juridiques assez intéressants, malheureusement, ils seront bientôt tombés en bas de la liste des sujets du forum et oubliés.

Peut-être serait-il possible, en retravaillant un peu le texte, de les inclure dans la partie "Service+" (nom de rubrique d'ailleurs assez étrange, je l'aurais nommé "articles" ou quelque chose comme ca). Et comme dit Bison, il faut les rendre compréhensibles, donc expliquer succinctement le sens de la loi, donner des exemple concret sur comment l'appliquer (par exemple, l'huile essentielle de Clou de Girofle pour l'euthanasie), éventuellement la "critiquer" dans son application aquariophile (voir par exemple mon intervention plus haut), et fournir le vrai texte de loi, plutôt en annexe ou en lien pour ne pas surcharger.

@Nico, un avis?

Re: DROIT – La mort : la vérification de la mort, l'euthanasie et la disparition du poisson.

Oh c'est vrai que la fonctionnalité Services + serait pas mal pour afficher ça ^^
Je vais re-travailler tout ça plus tard, le problème, c'est quand on modifie, les photos ne s'affichent plus X(

Re: DROIT – La mort : la vérification de la mort, l'euthanasie et la disparition du poisson.

Bravo Abyssia pour ce post impressionnant et utile, merci.

Pour rassembler un peu les billes et vu que c'est le foin dans les nombreux posts, je rassemble celui-ci au tiens.

Merci aussi pour la lecture. #:-S
(Je le garde en favoris)

Re: DROIT – La mort : la vérification de la mort, l'euthanasie et la disparition du poisson.

Merci beaucoup pour tout les partages que tu nous offre, même si ils sont un peu long je suis très contente de les lire, et avec ma "colère" sur les poissons rouge un de tes sujets à directement était partager sur Facebook ! :D

Je trouve vraiment géniale de pouvoir accéder à sa ...
Après pour le respect, je suis en appart le jardin c'est pas tellement possible ... :(

Re: DROIT – La mort : la vérification de la mort, l'euthanasie et la disparition du poisson.

Oh merci Châtaigne, un partage facebook, c'est le début de la célébrité :D

Après, mes parents ont le terrain pour, mais la pompe souterraine pour l'arrosage me met hors la loi aussi (après, c'est pour éviter les charniers après une maladie qui pourrait contaminer les sources d'eau), alors pour mes poissons, ce sera un feu - style barbecue/bûcher funéraire à la viking - ou encore la cheminée pour ceux qui en ont.

Merci pour tout, je ferais un guide de l'aquariophile responsable après mes différents topics ;)

En passant, ton aquarium Okho est magnifique, je pose un coup de cœur ^^

-------------

EDIT : @Shinji : intéressant ce lien, comme quoi le clou de girofle c'est ce qu'il faut, après, la congélation est lente (mais moins douloureuse) et la décapitation est rapide (mais plus douloureuse), au moins, j'apporte l'overdose et l'alcool de grain comme technique moins difficile.

Re: DROIT – La mort : la vérification de la mort, l'euthanasie et la disparition du poisson.

Génial ton article !
Quand on accepte d'accueillir chez soi un animal, quel qu'il soit (chien, chat, oiseau, poisson...) il est judicieux de se demander comment abréger ses souffrances si un jour cela devenait nécessaire. Je n'avais aucune idée de ce que pouvait être une euthanasie acceptable pour un poisson. Effectivement, je ne me voyais pas aller chez le vétérinaire pour qu'il le fasse à ma place : je serais surement passée pour une folle :))
Donc, bien que je ne le souhaites pas, ton article me sera peut-être utile un jour et je t'en remercie.
Pour ce qui est du cadavre du poisson, j'ai déjà été confrontée à ce problème quand mon premier betta splenden est mort. Je ne me voyais pas l'enterrer pour des questions d'hygiène. Quant à le jeter à la poubelle ou au toilettes :-O
J'avais donc opté pour l'incinération complète dans un vieux pot en métal (style barbecue dans une vieille marmite). Cela me semblait plus propre et plus respectueux pour ce petit animal. Paix à son âme...

Re: DROIT – La mort : la vérification de la mort, l'euthanasie et la disparition du poisson.

Merci pour ce poste et la mise en place de barrières légales en règles générales :)

Cependant pour animer le débat je suis pas super d'accord sur quelques points ;)

Exemple: Un néon d'environ 1-2 g meurt. Je mange du poissons le midi et je jette les arrêtes : 50-100 g easy. Les 1-2 g sont entièrement négligeable. Si le poisson est mort de sa belle mort le risque bactériologique est nulle. Et quand bien même il serait malade , les maladies des poissons sont pas vraiment dangereuse pour l'homme sinon ont le sauraient depuis longtemps!

Du coup si on me dit : il ne faut pas mettre de poisson mort dans la poubelle , je réponds que vu ce qu'on y mets, c'est peut être le "déchet" le plus sain de la poubelle. (je suis étudiant chimiste , je sais de quoi je parle...)

Pour la congélation , la température d'un bac de 1L à 25 ° C met une 20 ène de minutes à descendre en dessous de 5. Le poisson s'endort avec le froid et son organisme s'arrête assez rapidement. Du coup je trouve ça plutôt soft et respectueux pour le poisson.

La suffocation évoqué pour l'alimentaire est 3 x plus hard donc bon..

Enfin pour ce qui est de l'enterrer , la problématique est posé pour tout les citadins. Sans parler des frais de vétérinaires si tu veux incinérer ton poisson...

Pour moi le plus important c'est de veiller à ce qu'ils meurent de leur belles morts et qu'ils aient eu une belle vie. Une fois mort , le souci n'est plus vraiment là... J'aimerai casser la gueule à beaucoup de vendeurs (sauf quelques rares exceptions) et les traîner en justice et donc leur mettre au nez des articles de lois précis ,mais une fois le poison mort c'est trop tard et le cadre légal ne sert , à mon avis, à rien .(sauf si tu compte jeter 50 kg de guppy ^^)

Enfin la notion éthique de l'euthansie pour un poisson se résume à une chose : peu improte les méthodes cité , il faut qu'elle soit en adéquation avec sa propre éthique et dans le respect du vivant. Ainsi si je juge que l'endormissement par le froid et l'arrêt des fonctions vitale est respectueux et éthique à mon sens je ne vois pas le problème. D'autre préféreront la décapitation plus directe mais plus sanglante..

Enfin voilà ;) L'important c'est avant tout de les garder en vie :)

Re: DROIT – La mort : la vérification de la mort, l'euthanasie et la disparition du poisson.

Bonsoir,
C'est une erreur de croire que la congélation est lente et indolore. Certes c'est lent, mais la congélation entraîne la formation de cristaux d'eau dans les tissus. C'est très douloureux, en particulier dans les yeux.
Cette méthode est donc tout sauf douce ! :-O
Le clou de girofle est vraiment la procédure de choix. Quant à trancher la tête, la guillotine est la mise à mort la moins douloureuse connue si c'est fait rapidement avec un outil bien tranchant.
A n'utiliser donc que si on a le geste sûr. :-B

Re: DROIT – La mort : la vérification de la mort, l'euthanasie et la disparition du poisson.

Tu soulève une remise en cause de ma prOcédure je vais y réflechir ... :-/

Mais discutons : Pour moi je vois endormissement --> coma --> arrêt total.
Un exemple un peu trash mais la notion de douleur étant quand même très humaine je compare :
Un alpiniste s'endort dans le froid (c'est d’ailleurs ce qu'il ne faut pas faire), il ne ressent à priori plus rien ! Avant que l'eau du corps (salé d'ailleurs) tombe à la température de cristallisation les fonctions vitales sont déjà éteintes depuis longtemps ! Du coup pour le poisson je raisonne de la même manière. Il s'endort et ne se réveille jamais.

Re: DROIT – La mort : la vérification de la mort, l'euthanasie et la disparition du poisson.

C'est vrai, X2269, que j'ai vu que tu avais traité le sujet il y a un an qu'après avoir écrit mon topic. Après moi, le congélateur me fait trop penser aux affaires de jeunes bébés dans le congél, que j'assimile les poissons à mes petits bébés. D'où peut-être ma difficulté à accepter cette méthode, et un rejet total.

Mais effectivement, cette méthode reste l'une des plus fréquentes.

Une autre méthode que nous a fait partagé aquastormy est la rupture de l'arrête dorsale au niveau de la tête du poisson (le casse-nuque). Après, cela diffère entre un poisson que l'on vient de pêcher et qu'on veut faire en quenelle, qu'avec un compagnon de plusieurs années. Il faut quand même lui briser l'arrête de ses mains, et sans erreur.

Pour l’anecdote, le juge fait souvent appel en matière médicale ou environnementale à des experts scientifiques qui par leurs conclusions, vont influencer le droit positif.

Re: DROIT – La mort : la vérification de la mort, l'euthanasie et la disparition du poisson.

Je note le truc du clou de girofle, merci.
Avec le même raisonnement anthropomorphique que X2269 je pensais moi aussi que le congélateur était une solution des "moins pire".
De mon coté j'ai accès à du chloroforme mais je crois que ça ne peut "s'appliquer" qu'à des animaux "aériens".

Quant à la façon de traiter les "disparus" je ne vois pas en quoi l'enterrement (civil bien sur !...) serait dangereux, on ne parle pas de virus zombifiant quand même :-??
Le principal est qu'on n'ait pas de plan d'eau ou autre puits dans les environs.
Interdit ? OK, qu'ils viennent faire des fouilles dans mon jardin déjà ... :ar!

Re: DROIT – La mort : la vérification de la mort, l'euthanasie et la disparition du poisson.

Personnellement j'ai opté pour la mort naturelle dans le bac. Tres loin de la meilleure solution pour la progpagation de la maladie mais de la à les tuer moi même, dur dur... Par contre qui dit appartement dit chasse d'eau pour la suite. Après c'est sur qu'un guppy compare à un koi ou un chat voire même un chien, il y a un monde de différence. Pas demander un bovin !!

Re: DROIT – La mort : la vérification de la mort, l'euthanasie et la disparition du poisson.

bonsoir, je vais faire mon chieur : mais ce n'est pas que les vétérinaires qui peuvent euthanasier un animal de compagnie ?
:D

Re: DROIT – La mort : la vérification de la mort, l'euthanasie et la disparition du poisson.

Perso, j'ai détourné la méthode du congélateur. J'ai incorporé petit a petit de la glace dans le bac pour faire baisser la température. Le poisson meurt avant d'arriver à 0 degré donc pas de cristallisation... Il s'endort, c'est tout.

Re: DROIT – La mort : la vérification de la mort, l'euthanasie et la disparition du poisson.

Tu payerais 40 balles pour euthanasier ton guppy tordue ? Amuse-toi bien ^^
Apprès, je pense que cela dépend aussi de son statut d'animal de compagnie, m'enfin, je traiterais ça plus tard :)

@folle, ça peut se faire, mais la technique reste "quasi" la même que le congélateur et Titzitlini pense que le froid même reste douloureux pour le poisson, après si l'on peut jurer que les voies sanguines du poisson ne cristallisent pas, ça pourrait changer la donne. Je préfère, mais c'est personnel, le clou de girofle qui l'endort en quelques minutes, et l'incorporation de vodka ou par overdose.
En tout cas, merci de ton commentaire qui apporte beaucoup au sujet sur une autre alternative :)

Enfin, si les poissons pouvaient parler, ce serait plus simple...

Re: DROIT – La mort : la vérification de la mort, l'euthanasie et la disparition du poisson.

Coucou, je rajoute une information sur la possibilité de crémation de son poisson mort.

L'arrêté du 4 mai 1992 relatif aux centre d'incinération de cadavres d'animaux de compagnie. ( publié au journal officiel du 7 juin 1992) édicte une liste des catégories d'animaux familiers admises à la crémation :

Chiens.
Chats.
Rongeurs.
Lapins.
Oiseaux.

Les poissons ne sont pas autorisés ( au moins, pas admis) à la crémation.

Possibilité d'exception avec les animaux de + de 40 kg et pour les aquariums publics ( Requins, Poisson-alligator, ou encore des silures).

Par exemple, j'ai déjà vu des poissons-alligators dit poisson gar dans un aquarium de 4000L avec des piranhas en compagnie, chez un particulier, je pense que l'exception est autorisé dans ce cas précis.

Re: DROIT – La mort : la vérification de la mort, l'euthanasie et la disparition du poisson.

La crémation est assez intéressante. Et le barbecue de se transformer en bucher funéraire vicking ou hindou :D
Personnellement, je trouve le composteur pas mal. Les petites bêtes s'occupent de détruire les microbes :)

Pour en revenir à la congélation, c'est la cristallisation qui est douloureuse, pas l'engourdissement progressif comme proposé par folledesreds. Ce serait le résultat d'une étude serieuse sur l'euthanasie des tortues. Le plus intéressant dans la recherche, c'est de chercher... un bon sujet d'études ;)
Je persiste à croire que la torpeur induite par le clou de girofle est ce qu'il y a de plus "doux".... O:-)

Re: DROIT – La mort : la vérification de la mort, l'euthanasie et la disparition du poisson.

Sur ce lien les recommandations d’un vétérinaire aquacole, qui en plus a pris de son temps pour tout m’expliquer par téléphone :
https://www.vetofish.com/faq/161347
Produit en vente libre
Il suffit de vous procurer en pharmacie, sans ordonnance, de l'huile essentielle de clou de girofle (ou de giroflier), qui contient en moyenne entre 60 et 95 % d'eugénol, une substance active au pouvoir anesthésiant. A forte dose, le poisson fera un surdosage anesthésique entrainant la mort.
La dose recommandée pour une euthanasie de poisson est de 1 ml d'huile essentiel de clou de girofle pour un litre d'eau. En pratique :
• Dans une cuve de volume adapté, verser la quantité nécessaire d'eau provenant de votre aquarium ;
• Verser l'huile de clou de girofle (1 mL/L). Vous pouvez éventuellement faciliter la dispersion de l'huile, en la prédiluant dans 5 fois son volume d'eau chaude ;
• Bien agiter le mélange eau / huile avec un fouet de cuisine pendant au moins 5 minutes ;
• Transférer votre poisson à euthanasier dans cette cuve, puis placer un couvercle au dessus ;
• Rapidement, votre poisson va perdre son équilibre, devenir inconscient, et s'arrêter de respirer ;
• Laisser votre poisson dans cette cuve d'euthanasie, pendant au moins 30 minutes après l'arrêt complet des mouvements respiratoires.

Je l’ai fait pour mon poisson rouge de 25 cm : il s’est endormi immédiatement, sans se débattre ni aucun signe de souffrance. Je l’ai bien laissé les 30 min dans le mélange adéquat (j’ai pris un bac adapté à sa taille pour qu’il soit allongé entièrement, j’ai ensuite bien mesuré le volume avec des bouteilles d’eau soit 15 litres et j’ai mis 15 ml d’huile essentielle de clou de girofle et bien mélangé les 5 min.) . Si c’est sous-dosé le poisson ne va pas être anesthésié ou trop il va suffoquer et dans tout les cas il souffrira donc bien faire le mélange au bonne dose !!! La déconcoction de vrai clou de girofle n’est absolument pas recommandée car impossible à doser correctement. Le coût : en fonction de la taille du poisson. Pour le mien de 25 cm : 5 euros pour 5 ml soit 15 euros au total (3 flacons dans un plastique de 15 litres) c’est pas cher pour la mort digne et sans souffrance d’un compagnon. SVP aidez-moi, faites passer l’info à tout les forums aquariophiles afin que cesse toutes les techniques barbares évoquées par des personnes croyant bien faire (congélation, tête coupée etc …). Pour que nos poissons meurent enfin sans souffrances.

Re: DROIT – La mort : la vérification de la mort, l'euthanasie et la disparition du poisson.

Bonsoir Christelle !
Meri beaucoup pour cette information et pour ton courage à assumer ce choix de l'euthanasie permettant d'éviter la souffrance à ton compagnon à écailles. ^:)^
Si chacun de nous était aussi humain, le monde s'en porterait surement mieux :)

Re: DROIT – La mort : la vérification de la mort, l'euthanasie et la disparition du poisson.

(Petite parenthèse
"Si chacun de nous était aussi humain, le monde s'en porterait surement mieux "
Le plus drôle, c'est que certains s'acharnent encore sur certains humains alors qu'il est normal d'abréger les souffrances des animaux :) Va comprendre ;) )

Re: DROIT – La mort : la vérification de la mort, l'euthanasie et la disparition du poisson.

serait il possible de le laisser dans le bac afin de contribuer a l'eco système sans enfreindre la loi bien sur ?

Re: DROIT – La mort : la vérification de la mort, l'euthanasie et la disparition du poisson.

Je pense, en tant qu'être vivant sensible et doué de réflexion, que ces questions de "Comment tuer mon poisson? Ai-je le droit? Que faire après?" ne se pose pas. Nous sommes des humains, nous ressentons la douleur, les poissons de même. Après tout, nous leur faisons la chose la plus radicale de leur vie, alors faisons-le avec un peu de décence. Nous leur ôtons la vie, et même si c'est la meilleure solution, cela doit toujours être fait dans le respect de l'animal. Il a lutté, il s'est battu, mais ce n'était pas assez. Il faut savoir reconnaître quand nous aussi nous sommes impuissants devant certaines situation. Il faut que le poisson et le propriétaire fasse ça de manière douce et non-brutale. L'humain voudrait que ce soit bref, direct, et que ce soit vite terminé. Le poisson ne veut juste pas souffrir. Alors on peut combiner les deux. L'anesthésie du poisson avant sa mise à mort est un grand pas; l'animal ne souffre pas, et tombe seulement dans un profond sommeil dont il ne se réveillera pas.
Quoi qu'il en soit, je partage complètement ce sujet, c'est une question d'éthique et de respect.

Re: DROIT – La mort : la vérification de la mort, l'euthanasie et la disparition du poisson.

Bonjour,

Je tiens à le dire direct, je n'aime pas du tout la façon dont tu abordes le sujet de "l'euthanasie" des poissons.
Depuis que je suis jeune, j'ai toujours péché, en eau douce que ce soit des rivières ou des lacs, des étangs etc ...
J'ai donc pu attraper beaucoup de poissons blancs, et autres : carpes, brèmes, gardons, tanches, barbillons, perches, etc ... et en rivière truites, des ombles, des brochets ...

J'ai toujours eu un esprit "no-kill" sauf si je mange le poisson ... et là il doit mourir d'une façon ou d'une autre.
Pour ma part, j'ai choisi une méthode radicale et rapide : le cassage de nuque par un coup violent (avec le manche de mon couteau de pêche).
Bien que cela puisse paraitre barbare aux non initiés, et surtout à tous ceux qui ne pratiquent pas la pêche mais qui savent s'indigner et épandre leur soit disant bien-séance sur les forums, alors qu'ils n'ont jamais péché un poisson de leur vie ; il convient de leur dire que cette méthode est la moins "cruelle" pour tuer un poisson qu'on va manger par la suite.
A peine sorti de l'eau, il prend son coup il est mort. Tu l'ouvres, tu le vide et voila. Ta truite est prête pour être mangée le soir même ou le lendemain.
Je ne vois pas ce qu'il y a de cruel, la pêche à la truite est autorisée, et de plus les pêcheurs sont les premiers à respecter l'environnement et les rivières.

Maintenant quand j'étais gamin, j'étais jeune et bête, et je ramenais tous mes gardons / brèmes / carpes / tanches etc ... que je péchais en loire et dans les "baches" sans aucun scrupule.
Je les ramenais sur mon vélo et ils frétillaient encore dans la bourriche après 10 minutes de vélo en plein soleil.

Je les donnais ensuite a mon voisin paysan qui se faisait un plaisir de les manger ou de les donner à manger aux poules.
Je parle de ça ... ça fait 20 ans. 0 scrupules, même les poules ont le droit de manger !

Mais bon, quand j'entends aujourd'hui les indignés qui donnent des leçons sur la manière de tuer un poisson alors qu'ils n'ont jamais pêché de leur vie ... faut arrêter.

Moi j'ai pêché des truites que j'ai mangé.
Des fois j'avais la chance de tomber sur une sauvage "saumonée", et pas une merde d'élevage lâchée tous les ans dans les rivières.
Bref ... il faudrait déjà savoir de quoi on parle avant de donner des leçons et faire culpabiliser les gamins sur un poisson d'élevage sélectionné et même trafiqué depuis des décennies en élevage qu'ils ont acheté à prix d'or en animalerie.
Des poissons qui n'ont jamais connu la nature, et qui n'ont jamais vu une plante avant ton bac.
Donc bon ... un peu de modération.

Re: DROIT – La mort : la vérification de la mort, l'euthanasie et la disparition du poisson.

Bon j'ai envie de rire un peu et donc je vais répondre à ton commentaire JeanJean.

Si tu aimes philosopher , allons y , mais évite d'être aussi agressif comme dans les autres postes et discute de manière posée.

Dans tout les cas , comme tu le dis si bien , il faut respecter l'animal. Je suis également pêcheur , j'adore ça et j'aime mangé le fruit de ma pêche. Quand je pêche un poisson , je respecte en premier lieu la loi via le respect de la taille et de l'espèce , de la saison et de l'heure afin de préserver notre environnement et la richesse de sa faune.

Dans tout les cas , que le poisson attrapé soit trop petit ou de bonne taille , j'enlève son hamecon avec délicatesse et si je choisi de le manger je le tue en enfonçant une lame dans sa nuque. Autrement je le relâche en prenant soin de ne pas le balancer comme un bourrin comme j'ai pu le voir.

Dans tout les cas , la pêche devrait se faire avec se respect et cette relation prédateur proie. J'aime beaucoup moins les personnes qui pêche par plaisir de pêcher dans le seul but de rassasier leur soif de violence et de sensation ou les industriels péchant sans raisonner sur l'avenir des océans. J'encourage toujours le respect du produit de la pêche via l'achat de produits locaux et issu d'une pêche raisonné. Même principe pour la chasse , (j'adore en particulier celle à l'arc) mais les lachés de perdrix pour les dégommer , je suis moins fan , ou les battus pour abattre le dernier chevreuil de la forêt j'aime pas trop non plus.

Je pense que là dessus on est d'accord et si tu ne l'es pas ne cherche même pas à répondre , je te laisserai dans ton coin.

Mais:

Concernant l'aquariophilie , en aucun cas on peut comparer la pêche et l'aquariophilie.

Il faut reconnaître que fondamentalement l'aquariophilie est égoiste et favorise une économie destructive des environnements d'origines. Mais c'est également une passion , qui bien pratiquée (sans caprice de possession ) apporte une véritable notion de respect du vivant. Un aquariophile averti aime la nature , les plantes , la planète et à travers la beauté de ce monde , va chercher à le protéger par la suite. (activement ou passivement via le dialogue)

Si quand t'étais gamin au lieu d'aller à la pêche , on t'avais appris à aimer l'aquariophilie , tu aurais peut être pas laissé tes poissons crevé dans ta besace , moi non plus d'ailleurs ! Ne pas avoir de regret quand on sait avoir agis sans respect du vivant est assez abhérent. Oui on peut regretter tout deux de ne pas avoir respecter la vie. Donner à son chat ou ses poules, les mangers , ça pourquoi pas ! c'est naturel et si ce n'est pas juste par gatterie mais contribue à favoriser leur alimentation pourquoi pas !
Donc pour en revenir sur tes poissons exotique, si un de ces dernier choppe une maladie à un stade trop avancé, au lieu de prendre le risque de le voir contaminé tout ses semblables ou de mourrir doucement en suffocant , l'endormir avec du clou de girfolle est sain et respecteux de sa vie et de ce qu'il a pu nous apporter.

Donc au lieu d'insulter les personne de se forum derrière ton écran , tache de proposer un dialogue contruit . Lache ta lacheté compulsive et vient argumenter sans t'enerver.Car pour le moment , le seul qui apparaît comme un con , c'est toi.

Re: DROIT – La mort : la vérification de la mort, l'euthanasie et la disparition du poisson.

=D>

Re: DROIT – La mort : la vérification de la mort, l'euthanasie et la disparition du poisson.

X2269 tu me fais trop rire avec ton pseudo et ton avatar de tueur à l'arc, bref
Déja, je n'insulte personne, contrairement à toi qui me traite de lâche et de con.
Tu as un problème psychologique mon gars, tu vois le mal partout là où surement il émane de ton cerveau malade.
Je te cite :
"Si tu aimes philosopher , allons y , mais évite d'être aussi agressif comme dans les autres postes et discute de manière posée."
Là tu parles surement de Saggrath, donc ne fais pas de généralités. Saggrath est un autre sujet.
Donc tu viens m'agresser ici en donnant des leçons de morale et au motif que j'ai pu être agressif sur d'autres posts.
C'est toi qui agresse, pas moi.
Ensuite tu expliques des trucs que j'ai déja dis : tuer le (gros) poisson pêché en le respectant, oui.
Tu parles des pêcheurs pros tu n'y connais pas grand chose à ce que je vois.
Il n'y a pas que des industriels, il y a aussi des lignards et des petits chaluts.
VA leur dire en face qu'ils font du mal aux poissons qu'ils pêchent pour revendre, tu vas au port, par exemple va au Guilvinec ou à Pont-Labbé tu vas être bien reçu.
Pour les industriels c'est un autre problème, mais moi j'aime le thon entier (en boite) et les sardines aussi (connetable).
Suis-je condamnable ? Toi le saint qui privilégie la pêche locale t'as pas de boite de thon ni de sardines chez toi ?
Donc balaie déja devant ta porte avant d'aller voir si c'est propre chez les autres.

Je cite :
"Dans tout les cas , que le poisson attrapé soit trop petit ou de bonne taille , j'enlève son hamecon avec délicatesse et si je choisi de le manger je le tue en enfonçant une lame dans sa nuque. Autrement je le relâche en prenant soin de ne pas le balancer comme un bourrin comme j'ai pu le voir.

Dans tout les cas , la pêche devrait se faire avec se respect et cette relation prédateur proie. J'aime beaucoup moins les personnes qui pêche par plaisir de pêcher dans le seul but de rassasier leur soif de violence et de sensation ou les industriels péchant sans raisonner sur l'avenir des océans"

Alors : tu sais ce que c'est du 24 ou 26 sans ardillon fin de fer ? j'en doute ... c'est avec ça que je pêche la friture en eau douce, 22 pour la dandine.
Quand tu as 50 ou 100 petits poissons, de la friture, tu fais comment pour les tuer ?
Bah tu les tues pas, tu les ramènes tu les fait frire et les manges.
Comme tout le monde, comme les pêcheurs pros.
Les "personnes qui pêchent par plaisir de rassasier leur soif de violence" -> t'es complètement malade mon gars.
Jamais de ma vie j'ai vu un pêcheur ayant "soif de violence", je pêche depuis 30 ans.
J'ai vu des irrespectueux qui laissent trainer des sachets plastiques divers ou en papier (les hameçons prémontés). Enfin j'ai surtout vu leur déchets sur certains "spots" en eau douce. Dans ce cas je ramasse ... je le fais et c'est tout, je n'en parle pas, je ne m'en vante pas, et ceux qui ne ramassent pas n'en n'ont aucune obligation. Donc je ne les juge pas, les seuls pourris sont ceux qui laissent leur déchets, ça oui.

Pour le reste ou tu me traites de con, "lâcheté compulsive" ? -> non, seule l'agressivité, comme la tienne peut-être compulsive.
Sinon me faire traiter de con par un con est pour moi un compliment si tu vois ce que je veux dire ;)

Re: DROIT – La mort : la vérification de la mort, l'euthanasie et la disparition du poisson.

Ahhh , tu me fais plaisir :) Je m'attendais à une réponse de ce type :)

Tu sais , le problème c'est que je suis loin d'être le seul à penser ton attitude comme agressive et idiote et ta réponse en est encore une preuve :) Maintenant si tu n'aimes pas les gens de ce forum , je t'en prie , va ailleurs :)


Sinon pour ce qui est des boites de thons , bien vu j'en ai pas. Sardine non plus ! J'ai déjà fait le ménage !! C'est surtout à cause des métaux lourds qu'ils contiennent. J'ai la malchance de faire attention à ce que je mange et d'être ingénieur chimiste en même temps. Du coup au grès des lectures je philosophe sur la bouffe qu'on nous propose :) Et je t'assure que c'est pas joli joli .Ne vous étonnez pas de l'augmentation du nombre de cancers en tout cas.... Les boites de thon c'est un bonne exemple de ce qu'il faudrait ne plus prendre. Comme les cornichons d'Indes bourrés de pesticides, comme les poissons japonais irradiés , les boites de conserve et le bisphénol a , revêtement de protection , comme les poêle tefal (tetrafluoroethylène polymérisé mortel et fortement toxique....Mais je mégare!

Si tu soutien des grosses industries de pêche libre à toi , je préfère en effet le local et de loin. Quitte à réfléchir , je préfère les système d'élevages (encore loin d'être parfait )et de production raisonnée. Si on continue à puiser dans nos océans , on aura l'air bien con quand il n'y aura plus rien. C'est comme le dragage , je suis contre.

Je sais que tes amis de Guilvinec sont soumis à des lois qui évite de pêcher de manière irraisonnées. Ce n'est pas le petit chalutier qui détruit les océans et je n'ai rien contre eux. Leur méthode pour tuer le poissons sont discutables mais le temps c'est de l'argent et je comprends bien qu'ils n'ont pas vraiment le choix ! Je vise les industriels pour le coup , les quantité pêché , la dévalorisation du produits , les additifs , les zones de pêches ....! Ne mélange pas tout , c'est ta manière de réfléchir sur l'aquariophilie qui laisse à désirer. Vas pas me dire que avec 30 poissons t'as pas le temps de lui donner une mort douce ? Si ça te fais chier et tu le laisse crever sur ton tapis , libre à toi , mais donne pas de leçon à ceux qui veulent faire autrement !

Pour les petits poissons que tu ramènes , moi je les tues à la sortie de la bourriches. Ca ne me fait pas peur de tuer 250 perchos par un coup derrière la nuque ou au couteau. Je les laisse pas crever dans la bourriches , ca doit me prendre 1/2 heure à tout casser , donc pas grave. Respecter le poisson , ou le vivant ne fait pas de moi un con pour autant...

Pour la violence , je t'assure que j'ai vu beaucoup de pêcheur être peu scrupuleux envers leur pêche et justement jeter leur poissons comme des bourrins alors qu'ils sont encore vivants , rigoler en les montrant en train de crever , enlever l'hameçon en arrachant ..... La pêche aux carpes par exemple j'ai du mal , faire chier une carpe pour même pas la bouffer ... C'est comme les gros cons d'américains et leur chasses aux espèces protégés ou leur pêche sportive , je peux pas les blairer ! Regarde ce qu'on trouve sur internet , c'est vraiment édifiant. Heureusement que la majorité n'est pas comme ça , mais de temps en temps un peu d'humilité sur ce qui nous est offert ça fait pas de mal!!

Pour les déchets , je te rejoins à 100% , ça me fait chier aussi

Sinon , je t'ai dis que tu passais pour un con , à toi de nous prouver le contraire , pour le moment c'est raté...

Retour sur la liste des sujets